Accueil > Sites touristiques > Region De L’Ouest > Gaoua : Le musée des civilisations du peuple lobi

Gaoua : Le musée des civilisations du peuple lobi

Elle est située au Sud-Ouest de Ouagadougou, à 381 Km de la capitale du Burkina Faso, presque à la frontière de la Côte d’Ivoire et du Ghana.Son climat est plus clément que le nord du pays et la verdure plus abondante. C’est la capitale du pays Lobi.

Crée le 21 décembre 1990, le musée occupe 492 m².
Le musée est situé sur une des trois collines que compte la ville de Gaoua : la « colline du pouvoir », à côté du gouvernorat de la région du Sud-ouest. C’est un conservatoire de type ethnographique appelé « musée des civilisations du Sud-ouest » au regard de toute la richesse qu’il contient quant à la découverte du peuple lobi.

C’est un bâtiment de type colonial qui abrite le musée des civilisations du Sud-ouest. Il a vu le jour grâce à l’engagement passionné de Mlle Madeleine Père assistante sociale à Gaoua depuis 1964, docteur en ethnologie et auteur d’une thèse d’état sur les Lobi. Le musée des civilisations du Sud-Ouest regroupe plusieurs entités : le musée proprement dit qui abrite les locaux administratifs, les réserves et les salles d’exposition consacrées à l’histoire, aux arts et aux traditions des peuples du Sud-Ouest et un échantillon de l’habitat traditionnel du peuple lobi et gan.

Organisés en collections structurées, les différentes salles d’exposition présentent un ensemble très varié d’objets d’intérêt ethnologique, en bois, en métal, en terre cuite et crue. Ce sont pour la plupart des poteries, des calebasses, des armes (arcs, flèches, carquois, fusils...), des objets de divination.

Ces collections, qui occupent les quatre salles d’exposition, sont illustrées par plusieurs séries de photographies qui témoignent de la vie traditionnelle et du cadre coutumier. D’une salle à l’autre, les visiteurs découvrent la vie du Lobi (homme comme femme), de sa naissance à la mort, ses relations avec le surnaturel et partant, ce qui fait le trait identitaire du peuple lobi : poterie, statuettes, objets de guerre (arcs, flèches, fusils, carquois, cauris, instruments de musique), les rites funéraires, les fétiches et les pratiques divinatoires.

Des expositions virtuelles et thématiques : L’une des particularités du musée des civilisations du Sud-Ouest réside dans l’organisation de l’exposition. Selon le guide Agaritué Dramane, le musée comprend essentiellement trois salles d’exposition qui renvoient aussi à trois thèmes : La salle des femmes : la société lobi est matrilinéaire, la femme est le noyau de la famille, elle transmet son nom à ses enfants.

Cette salle est un hommage à la femme lobi, une illustration de tous les actes de sa vie quotidienne. Treize photographies de la période coloniale, pour la plupart en noir et blanc, sont autant de témoignages historiques particulièrement émouvants. Des objets en céramique représentant la mère et l’enfant, des statuettes en bois, l’autel de la maternité, mettent plus particulièrement l’accent sur son rôle de mère.

La salle des hommes : quatorze photographies de l’époque coloniale, en noir et blanc montrant des scènes de chasse, de consultations divinatoires donnent vie aux objets exposés : outils aratoires, objets de divination, mais sutout des armes : arcs, carquois, flèches empoisonnées, fusils, coupe-coupe….

Le Lobi est un agriculteur, un chasseur, un éleveur mais avant tout, le Lobi est un guerrier. Une tradition semblable au système de vendetta a toujours entretenu une situation d’insécurité permanente et de tension entre les différents groupes ethniques et parfois à l’intérieur même d’un groupe. Pour toutes ces activités à haut risque, le Lobi fait appel systématiquement à l’art divinatoire. Il doit obligatoirement consulter un devin avant toute entreprise.

La salle des cultes : douze photographies datant des années trente illustrent les rituels cultuels lobi. On peut y admirer aussi de nombreux fétiches ainsi que des parures funéraires gan et lobi. Un autel appelé « autel des anciens combattants » représente les « Blancs » tués à la guerre par les anciens combattants lobi. Les sacrifices faits à cet autel permettent de conjurer et d’éloigner les esprits des « Blancs » fauchés par les salves meurtrières des Lobi pendant la grande guerre.

Le culte des fétiches et les pratiques divinatoires revêtent une importance capitale chez les Lobi : invulnérabilité à la guerre, protection contre les mauvais sorts, fécondité... L’autel des anciens combattants prouve, s’il en était besoin, que ces pratiques cultuelles sont toujours très vivantes et ne se limitent pas aux manifestations de la vie quotidienne et traditionnelle, mais peuvent intervenir sur des évènements liés à l’histoire récente ou même à l’actualité.

BP 24 Gaoua - Tél : (226) 20 90 01 69 | 70 61 74 09

Sidwaya
lefasonet


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos Partenaires