Accueil > Histoire > Histoire de Saponé Fondation et peuplement les Familles importantes à (...)

Histoire de Saponé Fondation et peuplement les Familles importantes à Saponé

Listes des Naaba du canton de Saponé

JPEG - 861.2 ko
un fabriquant des célèbres chapeau de Saponé 1

Le Naaba (chef mossi) KOUMDOUMIE, huitième empereur mossi, mourur vers 1358. Son fils, le Naaba KOUDA était alors en conquête vers le sud suite à des invasions d’autres ethnies. Ne pouvant être intronisé selon les coutumes à Ouagadougou, à savoir le rasage de la tête, le Conseil des notables après s’être réuni décida d’envoyer plusieurs troupes d’hommes à sa recherche. L’ordre était de lui raser la tête dans le lieu où ils le trouveraient, selon la coutume d’intronisation. Ils le trouvèrent sur le site actuel de Saponé-marché, qui fut nommé ainsi depuis l’ordre donné aux notables : « rasez-lui la tête », en mooré « sâ-n-poné », transformé en « Saponé ». Saponé fut donc le lieu d’intronisation du neuvième empereur mossi, le Naaba KOUDA, dont de nombreux habitants de Saponé se reconnaissent la descendance.

Pour l’anecdote, après s’être fait rasé la tête, le Naaba KOUDA damanda quelque chose pour se protéger le crâne du soleil. C’est ainsi que naquit le devenu fameux chapeau de Saponé, devenu un emblème national (on raconte que l’on retrouve ces chapeaux en France, au Maroc, aux Etats-Unis !).

Naaba KOUDA décida de s’installer là où il fût intronisé et vers 1358 Saponé fut fondé. Sa cour le suivit et peu à peu Saponé grossit de par l’arrivée de nombreuses personnes voulant se rapprocher de l’Empereur. Malgré cela la capitale de l’Empire resta Ouagadougou, et lorsque le fils aîné de Naaba KOUDA fut intronisé, devenant ainsi le dixième empereur, il retourna à Ouagadougou. Son frère cadet, le Naaba DA WEGMA, resta quant à lui à Saponé, et ses descendants restèrent à la tête du canton de Saponé.

Vers 1881 le Naaba KOAGBA quitta le site actuel de Saponé-marché pour rejoindre celui de Saponé-Karkuidighin (ou « Saponé-centre »), sept kilomètres au sud, suite à une épidémie de typanosomase ; cette maladie est transmise par la mouche tsé-tsé et rend aveugle les personnes piquées. Le Naaba KOABGA installa sa cour derrière l’actuelle préfecture et le village fut nommé « Karkuidighin » du mooré « kargan kuidigiun », en français « se déplacer du pied vers l’avant, pour aller ». Le Naaba ZIBO déplaça quant à lui la chefferie à son site actuel, près du marché. C’est là que réside le naaba actuel, le Naaba PADRE.

JPEG - 1 Mo
un fabriquant des célèbres chapeau de Saponé

Familles importantes à Saponé

propos recueillis auprès de Emmanuel ILBOUDO (AVLP), le Naaba PADRE (chef de canton), Pascal DOAMBA (APAAM) et Eric BONKOUNGOU (AVLP)

La famille royale est de loin la plus importante sur Saponé. Elle regroupe les familles DOAMBA, ILBOUDO, ZOUNGRANA, CAMPAORE : facilement le tiers voir la moitié des habitants. Le Naaba et sa famille proche se nomment DOAMBA. Pour l’anecdote, le nom ILBOUDO vient du Naaba GOGHO, qui, lors de son inscription sur les registres d’Etat civil, a donné le nom de sa mère (Ilboudo) plutôt que celui de son père (Doamba).

L’autre grand ensemble de familles est forgeronne. Ils se nomment ZONGO, KABORE, BELEM, ZANGRE.

Les autres familles sont le plus souvent des descendants de fonctionnaires en retraite, tels que les OUEDRAOGO.

Toutes les familles à Saponé sont Mossi. La population est quasiment exclusivement mossi, à l’exeption de Peulh à l’ouest de Karkuidighin, et des fonctionnaires. La société mossi dans la région de Karkuidighin ne correspond donc pas à la description de la société mossi proposée par l’ethnologue Michel IZARD, qui décrit une combinaison de Mossi (peuple conquérant) et de Tengbisi (indigènes, littéralement « peuple de la terre »). Saponé est en effet un village récent, créé bien après l’invasion mossi. Le chef du village joue donc également le rôle du chef de la terre, attribué aux Tengbisi dans les sociétés mossi étudiées par Michel IZARD.

Liste des Naaba du canton de Saponé

Naaba KOUDA, fils de Naaba KOUMDOUMIE et de Pabda. 43 ans de règne.
Naaba DAWEGMA, fils de KOUDA et Pilasongo. 8 ans de règne.
Naaba ZOETRE-BOUSMA, fils de KOUDA et Tampoko. 32 ans de règne.
Naaba TUMSAOBA
Naaba RAPAMBA
Naaba ADSE
Naaba KIEMBO
Naaba KARFO
Naaba SENDA
Naaba GOGHO 1
Naaba KOGRE
Naaba SOBGO
Naaba PEIGA
Naaba ABGA, décédé sans laisser de descendance masculine
Naaba KOABGA, petit frère de Naaba ABGA
Naaba TIMKUM-WUGDU, mort de la variole. 8 ans de règne.
Naaba ZIIBO, fils de KOAGBA et Poko. 45 ans de règne
Naaba GOGHO, fils de Naaba ZIIBO et Gombinga. 22 ans de règne.
Naaba SANEN, fils de Naaba GOGHO et Tibi. 15 ans de règne.
Naaba PADRE, fils de Naaba GOGHO et Ninda. C’est le Naaba actuel du canton de Saponé.

Le Naaba KOUDA, en mooré : « celui qui tue », tient son nom car ce naaba était connu pour sa cruauté.

Le Naaba KOAGBA tient son nom du mot « cent » (« koagba » en mooré), en référence au proverbe « Celui qui ne dit rien est plus sage que celui qui dit cent paroles ».

Le Naaba GOGHO tient son mot « bosquet » (« gogho » en mooré), en référence au proverbe qu’il aimait citer : « Si les arbres veulent survivre, il faut qu’ils se réunissent en bosquet ; s’ils sont séparés on les coupera, si ils sont ensemble on pensera qu’il y a des esprits ».

Le Naaba PADRE tient du mot « buffle » (« padre » en mooré), en référence au proverbe « Le grand buffle n’a pas peur du lion ; il est féroce, son dos est large ; quand il est couché, une femme peut vouloir y déposer son gombo, mais elle ne pourra pas revenir le chercher ». (le gombo est nourriture liée à la femme).

Chapeau de Saponé

Historique administratif

Saponé fut une base de relais pour l’administration coloniale, selon son habitude de s’appuyer sur les pouvoirs coutumiers. Cela, associé à la mise en place de la Mission catholique, donne de plus en plus d’importance au village. Saponé est érigé en poste administratif en 1956. Le département de Saponé comprend alors les cantons de Saponé, Baguemnini, Kayao, Komsilga et Kouri, et relève de la circonscription de Kombisigi.

Le 22 août 1958, l’arrêté n°444/VPPI lui concède le titre de subdivision rattaché au Cercle de Ouagadougou.

Avec l’accélération de la décentralisation, la subdivision de Saponé devient en moins d’un an « Cercle » par le décret du 24 juillet 1959.

Par l’ordonnance du 2 juillet 1974, l’administration territoriale place le Cercle de Saponé au rang de sous-préfecture relevant du Département du Centre. A l’avènement de la Révolution sankariste, en 1983, l’appellation « sous-préfecture » est supprimée et remplacée par « département ».

Le 21 mai 1987 Saponé est érigé en commune de moyen exercice, qui devient fonctionnelle en janvier 1988.

La commune de Saponé, qui regroupe 12 villages, devraient passer au statut de commune à plein exercice en 2003, selon l’orientation décentralisatrice du gouvernement burkinabé, qui stipule que tous les chefs lieux de départements et de province obtiennent ce statut. Concrètement, une commune obtient normalement le statut de « plein exercice » si elle comprend un budget d’au moins 15 millions de CFA (150 000 FF) pendant plus d’une année. En avril 2001, le budget était d’un peu moins de 10 millions de CFA, géré par le préfet-maire.

Celui-ci est nommé par le gouvernement à Ouagadougou ; généralement chaque préfet-maire ne reste pas plus de deux ans. Avec le statut de « plein exercice », la population élie un maire pour cinq ans, qui est chargé d’un projet politique global pour sa commune pendant tout son mandat, et nomme des conseillers. Le préfet-maire attend beaucoup pour Saponé de ce changement de statut à venir, combiné avec la construction de la route et de l’arrivée des canalisations d’eau potable, et peut-être de l’électricité ; mais il avoue que c’est aussi un « test » qui n’est pas sans risque.

Selon les recherches d’Emmanuel ILBOUDO et avec l’aide du Naaba PADRE
http://www.claj.infini.fr/


3 Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos Partenaires