Dans la même rubrique

Le soumbala
15 septembre 2016 à 03h10min

Moabou de Petit Mil
28 novembre 2015 à 10h24min

TO DE RIZ AVEC SAUCE PISTACHES
23 novembre 2015 à 20h09min

Riz sauce aux légumes frais
10 novembre 2015 à 22h54min

TO DE MAIS ACCOMPAGNER DE SAUCE GOMBO ET SOUPE DE MOUTON
7 novembre 2015 à 22h38min

1 | 2 | 3

facebook
meteo
Meteo Ouagadougou

Accueil > Gastronomie > Le soumbala

Le soumbala

Le soumbala est une épice utilisée en Afrique de l’Ouest, fabriqué traditionnellement avec les graines de l’arbre néré.


Le Soumbala est une épice traditionnelle que les femmes Burkinabè, jusqu’à nos jours, perpétue sa tradition dans les arts culinaire, connaissant bien sûr ces vertus. Il renferme le goût de plusieurs condiments à la fois à en croire les plus avertie de la saveur.

Sous l’ombre du grand karité, derrière les cases ronde, les femmes vaguent à leur occupation quotidienne, décortiquant à cet effet la noix du Néré. La fabrication du Soumbala demande beaucoup d’effort et surtout de la patience car son processus de transformation prend énormément de leur temps. Environs 3 à 4 jours de traitement afin d’obtenir un produit fin prêt à la consommation.

Préparation

Au cœur de la pulpe jaune du néré se trouvent de petites graines marron semblables à des haricots, qui entrent dans la composition du soumbala, un condiment très répandu en Afrique de l’Ouest. Le soumbala assaisonne le riz, le tô et les légumes feuilles, il peut aussi être dissous dans de l’eau pour préparer un bouillon servi à l’occasion des banquets important et des occasions festives. Il s’agit en fait d’une version traditionnelle artisanale (et beaucoup plus saine) du bouillon cube industriel moderne.

La préparation est presque exclusivement l’apanage des femmes, alors que les hommes sont chargés de récolter les baies. Les graines sont mises à bouillir pendant un jour et demi, l’eau est ensuite éliminée pour faire place à du sable. Les graines sont alors pilées pour séparer l’intérieur de l’écorce très dure. Elles sont ensuite lavées plusieurs fois pour éliminer tout le sable et moulues jusqu’à former une pâte, modelée en petites formes allongées qui sont enfin mises à sécher au soleil. Les femmes vendent le soumbala en morceaux (reconnaissable à sa couleur marron foncé, presque noire) sur le marché. Pour le déguster, il faut le faire griller à la poêle et le piler dans un mortier avec des épices et du sel.

Au Burkina-Faso on aime tous le fameux riz au Soumbala ou le « Moui-kolgo » en langue moagha. Peu sont les restaurants de la ville d’ailleurs qui n’ont pas le riz gras au Soumbala dans leur menu.

JPEG - 558.6 ko
Le riz au Soumbala ou le « Moui-kolgo »
JPEG - 1.2 Mo
Le riz au Soumbala ou le « Moui-kolgo »


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos Partenaires