Accueil > Arts et Culture > Recyclage et tissage des sacs plastiques au Burkina Faso

Recyclage et tissage des sacs plastiques au Burkina Faso

Allier la promotion et le développement de savoir-faire textiles à une démarche éthique et éco-responsable est un pari ambitieux qui a été relevé au Burkina Faso.

Là-bas, comme dans d’autres pays d’Afrique, les métropoles connaissent une pollution importante due notamment à tous les déchets et sacs plastiques qui sont jetés dans les rues par négligence, salissant les sols et même les nappes phréatiques.

C’est ce constat qui a encouragé la création d’un centre de tissage artisanal à Bobo Dioulasso. la deuxième ville du pays. Ouvert en 2003 par la coopérative Le Gafreh, ce centre emploie quatre-vingt cinq femmes de milieux très modestes, en les formant au recyclage et à l’artisanat. Les sacs plastiques, le plus souvent de couleur noire, sont devenus la matière première principale de cet atelier de tissage et de fabrication textile. Ils sont tout d’abord récoltés dans les rues par des personnes en grande précarité, ce qui leur apporte un revenu minimum, tout en participant à l’assainissement de l’environnement urbain.

Les sachets sont ensuite lavés manuellement au savon, désinfectés, séchés et puis découpés en fines lanières. Il revient ensuite aux femmes de l’association de s’occuper de la délicate opération du filage du plastique en bobines et en canettes de fil.

Les sachets plastiques trouvent ici une nouvelle vie dans de très beaux tissages noirs comme du goudron, souples et résistants comme du cuir, que les femmes ont appris à réaliser sur d’étroits métiers manuels. Les lanières passent en trame dans des chaînes de coton noir pour composer des pièces de tissu résistantes et brillantes, souvent animées de rayures de couleurs vives, comme des interprétations contemporaines des tissus traditionnels des pagnes burkinabés.

Dernière étape de ce long processus, la confection d’une gamme de produits textiles variés : accessoires de mode durables comme des sacs, pochettes, porte-monnaie, mais aussi des objets déco tels que des boîtes, corbeilles, sets de tables ou coussins…

Du déchet plastique à la création d’une étoffe noble, cette initiative a séduit au-delà des frontières du Burkina Faso. La Maison Yves Saint Laurent a même eu un coup de cœur pour cette matière unique et s’en est servi pour la réalisation d’un sac en série limitée « le Muse Two Artisanal Recycled » en 2011.

www.maisondexceptions.com


2 Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos Partenaires